Informations des services administratifs de la commune de Plounéour-Trez.

DÉLITS D’APPROPRIATION (cambriolages)

Mesdames et Messieurs les Maires,

Durant cette période des vacances estivales, la Compagnie de Gendarmerie Départementale de Landerneau souhaite attirer votre attention ainsi que celles de vos concitoyens : particuliers et commerçants,  concernant les délits d’appropriation (cambriolages, …).

Durant cette période, nombreux sont ceux à partir en vacances, laissant ainsi leur domicile inoccupé pendant plusieurs jours. Beaucoup de touristes transitent également par vos communes. Il convient donc de rester  sur ses gardes. La vigilance  s’impose car la période  est toujours propice à la recrudescence des vols et cambriolages (résidences, véhicules, …).

A ce titre, dans le cadre de la prévention contre l’insécurité, plusieurs documents, à destination des particuliers mais également des professionnels, existent et visent à rappeler à tous quelques conseils de bonnes pratiques ainsi que l’existence du dispositif « Opération Tranquillité Vacances » permettant à chacun de signaler son absence à la gendarmerie locale.

Conformément aux propositions évoquées avec plusieurs représentants des collectivités, afin de promouvoir la diffusion la plus large possible de ces informations auprès de vos concitoyens, je vous propose de communiquer ces dernières sur le site internet de votre commune notamment par la mise en place, par votre web-master, de fiches réflexes téléchargeables mais également par la mise en place de liens vers des sites internet complémentaires pour ceux qui souhaiteraient pouvoir disposer de davantage de conseils comme le propose par exemple le site officiel de la gendarmerie nationale à destination des particuliers, des professionnels mais également des collectivités dans divers domaines : sécurité routière, sensibilisation des plus jeunes et des seniors, sensibilisation des professionnels, …

Toujours dans la même démarche de diffusion de l’information, des fiches réflexes au format papier peuvent également vous être remises en vue de pouvoir être disposées dans le hall d’accueil de votre Mairie, lieu favorable à l’échange avec l’ensemble des concitoyens.

Ayant tous à cœur le souci permanent d’œuvrer pour la sécurité, une telle diffusion ne peut être que bénéfique, à la fois pour l’ensemble des concitoyens mais également pour le maintien à un haut niveau de la dynamique de nos partenariats.

Bien cordialement,

Chef d’Escadron Yann Marchal
commandant la compagnie de gendarmerie départementale
de Landerneau

« Les conseils du Gendarme »
Les hyperliens :
* Les particuliers : hyperlien :  http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/Nos-conseils2/Pour-les-particuliers
* Les professionnels : hyperlien : http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/Nos-conseils2/Pour-les-professionnels
* Les usagers de la route : hyperlien : nterieur.gouv.fr/Nos-conseils2/Pour-les-particuliers/Me-proteger-au-quotidien/Mon-vehicule
* La gendarmerie départementale du Finistère : hyperlien :compte Facebook du groupement de gendarmerie départementale du Finistère :https://fr-fr.facebook.com/Gendarmerie-du-Finistère-1593456594234829/
Si vous le souhaitez, vous pouvez également partager la page Facebook de votre Mairie avec celle du Groupement de Gendarmerie Départementale du Finistère.

REMANIEMENT CADASTRAL

REMANIEMENT CADASTRAL – Secteur Brignogan-Plages : Ce remaniement, en voie d’achèvement, a été effectué afin d’améliorer la qualité du plan cadastral de la commune de Plounéour-Brignogan-Plages.

Une partie du nouveau plan cadastral est déposé, pour consultation, salle des mariages Mairie principale (Brignogan-Plages), du 19 Juin au 19 Juillet 2017 aux horaires de Mairie habituels et des permanences, en présence des Géomètres, se tiendront le vendredi 30 Juin, le lundi 3 Juill et et le samedi 1er Juillet de 9 h à 12 h et de 14 h à 17 h, salle Paotr Treoure, derrière la Mairie de Plounéour-Trez.

INFORMATIONS PLANTES INVASIVES

INFORMATIONS PLANTES INVASIVES

La BalsamiImpatiens glandulifera NL (2)ne de l’Himalaya, la belle envahisseuse

De son nom Impatiens glandulifera, la Balsamine de l’Himalaya se répand dans nos campagnes. Et même si elle se fait remarquer par sa jolie floraison, c’est une espèce invasive qui s’installe souvent en bord de cours d’eau, zones humides ou talus au détriment de la flore locale. Cela pose plusieurs problèmes qui en font une vraie menace pour la faune et la flore locales :

Son système racinaire est superficiel et disparaît l’hiver, les berges deviennent donc instables et peuvent s’effondrer lors de fortes pluies,
Sa forte capacité à se multiplier par bouturage à partir de morceaux de tiges ou de racines entraîne une propagation rapide sur de grandes distances en bords de cours d’eau notamment,
Sa production de nectar abondante est très appréciée des insectes pollinisateurs qui se désintéressent alors des plantes locales,
Enfin, sa production impressionnante de graines (jusque 800 par pied) favorise sa dissémination rapide, d’autant plus que ces graines restent viables plus de 18 mois dans le sol.

Comment limiter son expansion ?

Si vous possédez cette plante dans votre jardin, il ne faut pas exporter les déchets de coupe et la terre grainée hors du jardin au risque de contaminer le milieu naturel… La première chose est donc de ne plus implanter cette espèce dans les jardins !
Pour maîtriser son expansion, il faut intervenir avant la floraison et la période de maturité des semences, soit avant la mi-juillet. L’arrachage est la méthode la plus efficace, le système racinaire étant peu développé ;  la fauche (mécanique ou manuelle) est également possible à condition d’intervenir au ras du sol pour éviter d’aggraver le problème de dissémination par bouturage. L’idéal est d’intervenir une deuxième fois  un mois après, puis une troisième fois 6 semaines après. Il faut environ 3 ans pour épuiser le stock de graines du sol. Les plants arrachés ou coupés ne doivent pas être jetés n’importe où, au risque de favoriser la dissémination : il faut les laisser en tas sur sol sec (en dehors des zones inondables). Si le pâturage de la zone infestée est possible, cela s’avère souvent efficace.

Enfin, l’utilisation de produits chimiques est à proscrire car la Balsamine prospère à proximité de milieux aquatiques (interdiction formelle de traitement des bords de cours d’eau, des fossés).

Pour plus de renseignements : Clément LE JEUNE-technicien rivière du Syndicat des Eaux du Bas-Léon – 02 98 30 75 24 – cre.basleon@orange.fr, Ronan ALLAIN-Technicien Environnement CCPA- 02 30 30 02 25- bv@pays-des-abers.fr, Aude MAHOT-technicienne rivière Pays d’Iroise – 02 98 84 91 82 – Aude.Mahot@ccpi.bzh.
La Renouéeindex du Japon, une invasive redoutable

Plante herbacée vivace à port buissonnant, la Renouée du Japon (Reynoutria japonica) se développe préférentiellement en bordure de fossés et de cours d’eau et présente de grandes tiges creuses rougeâtres allant jusque 3 mètres de haut. Cette plante représente aujourd’hui une menace très sérieuse pour la faune et la flore en transformant les écosystèmes. Si son éradication paraît impossible, il est primordial de maîtriser son expansion car :

Elle possède un système de rhizomes qui s’enfonce profondément dans le sol et se développe de façon pharamineuse (jusque 3 mètres de profondeur et 10 mètres de longueur), en bord de cours d’eau cela occasionne des dégâts considérables sur les berges,
De par son feuillage très dense, elle prive les autres végétaux de lumière : ils finissent par disparaître,
Elle sécrète également des substances toxiques qui éloignent les autres plantes et donc la faune associée,
La hauteur de végétation en bord de route peut engendrer des problèmes de sécurité routière par manque de visibilité,
Elle se disperse très facilement par multiplication végétative à partir de fragments de rhizomes et de boutures de tiges : 1 fragment = 1 nouveau plant.

Etant donné sa capacité à se développer à partir de petits fragments, la Renouée est une plante qu’il ne faut surtout pas broyer ou débroussailler : cela ne fait qu’aggraver les choses en dispersant des morceaux qui deviendront rapidement des nouveaux plants ! De même, déplacer de la terre de remblais contaminée facilite la dissémination.
Comment limiter son expansion ?

Les techniques préventives sont les seules vraiment efficaces : la meilleure des choses est déjà de ne plus acheter, ni planter cette Renouée dans les jardins (Reynoutria japonica, mais également Reynoutria saccalinensis et Polygonum polystachyum). Si elles existent, ne pas contaminer les espaces naturels avec des morceaux de plantes (suite taille par exemple), donc ne pas couper les rhizomes ni broyer la plante. La terre contaminée ne doit pas être réutilisée ni évacuée. Il en va de même pour les terres de remblais potentiellement infestée qui présentent un risque de contamination lors de création d’aménagements.
L’arrachage précoce peut être efficace sur de très jeunes plants, mais s’avère bien plus compliqué pour des plants déjà développés (criblage des racines, gestion des déchets à sécher et/ou à brûler, surveillance des repousses sur plusieurs années). La plantation d’arbres et/ou d’arbustes en bords de cours d’eau va permettre de limiter le développement de la Renouée qui n’aime pas l’ombre.  Le bâchage peut permettre de contenir la prolifération sur de petites zones. Enfin, le pâturage peut s’avérer intéressant (bovins).
L’utilisation de produits chimiques est à proscrire car les résultats restent peu probants. De plus, la Renouée se développant à proximité de milieux aquatiques, il est formellement interdit de traiter les bords de cours d’eau, fossés.
Pour plus de renseignements : Clément LE JEUNE-technicien rivière du Syndicat des Eaux du Bas-Léon – 02 98 30 75 24 – cre.basleon@orange.fr, Ronan ALLAIN-Technicien Environnement CCPA- 02 30 30 02 25- bv@pays-des-abers.fr, Aude MAHOT-technicienne rivière Pays d’Iroise – 02 98 84 91 82 – Aude.Mahot@ccpi.bzh

FÊTE DE LA MUSIQUE

  Image1

Vendredi 23 juin dès 17 h 30 ; Beva er Vro, Comité d’animation de Plounéour-Brignogan-Plages, vous invite à venir faire la « Fête de la Musique » dès la fin d’après-midi place de la mairie annexe.

Un programme varié pour le plaisir de toutes les générations : scène ouverte aux jeunes et moins jeunes, relayée à 18 h 30 par le groupe SUZANNE de Kerlouan (chansons françaises). Dès 20 h le groupe IDROLIK de Paimpol ( World, Jazz, Breizh, arabo-andalouse avec un

soupçon de jazz manouche) vous fera danser et DRY CAN de Paris, après 21 h 30, enchantera les plus branchés (Alternative, Rock, Grunge).

Restauration assurée par le bar Les Mouettes, buvette. L’été est là. Venez et parlez-en à vos amis !

Renseignements et candidatures pour la scène ouverte au 07 68 03 44 77 ou sur Facebook comité d’animation BEVA ER VRO

 

Inscription à la fête de l’économie locale

Inscription à la fête de l’économie locale

Le dimanche 24 septembre prochain, complexe Kerjézéquel de Lesneven, se déroulera de 10 h à 18 h le salon d’exposition (avec ou sans vente), gratuit et ouvert au grand public, des savoirs faire artisanaux, commerciaux et touristiques, point d’orgue de la première fête de l’économie locale.

Cette manifestation est, après le kit de communication (vos commerçants et artisans, bien plus que des légendes), la lettre d’informations, le troisième étage de la fusée lancée par la CLCL dans le cadre de sa démarche de dynamisation de l’économie du territoire.

L’inscription de participation ouverte jusqu’au 30 juin, aux artisans, commerçants, agriculteurs du territoire, professionnels du tourisme, des métiers de bouche qui souhaitent mettre en avant leurs produits et savoirs faire, se fera en ligne via le formulaire électronique suivant FORMULAIRE PRE INSCRIPTION. Le formulaire sera également disponible sur les sites web de la CLCL, ainsi que de nos partenaires Lesneven & Co, ACALL, Office du Tourisme, CELIA, CCI, Chambre des Métiers et de l’Artisanat, Chambre d’Agriculture.

Organisés autour de 5 pôles :

–              Pôle 1 : Construction – rénovation énergétique

–              Pôle 2 : Agri- Agro

–              Pôle 3 : Métiers de bouche

–              Pôle 4 : Commerces et services

–              Pôle 5 : tourisme culture

Les stands d’exposition, gratuits, seront attribués après réception du formulaire d’inscription et validation du comité d’organisation.

Pour tout complément d’informations, je vous remercie de prendre contact avec Philippe Cantet, phcantet@wanadoo.fr – 06.21.16.19.24, qui nous accompagne dans l’organisation de la manifestation.

Espérant vous voir nombreux mobilisés autour de cet événement conçus spécialement pour vous, je vous adresse mes sincères salutations.

Cordialement,

Bernard Tanguy

Président de la Communauté Lesneven Côte des Légendes

ANIL, analyses juridiques sur les thématiques :

Est également publié ce jour sur le site de l’ANIL :

  • Le numéro 156 de la revue du réseau ANIL/ADIL « Habitat Actualité », bulletin bimestriel fait le point sur l’actualité du secteur du logement : études, propositions, projets et surtout, l’évolution de la réglementation et de la jurisprudence dans tous les domaines intéressant les ADIL : financement du logement, droit de la location, urbanisme, contrats, maîtrise de l’énergie..

Et enfin, sur le site de l’ADIL du Finistère, nos dernières infos logement :

Info 2017-18  : Je suis syndic bénévole. J’ai entendu parler d’une obligation d’immatriculer les copropriétés. Qu’en est-il ?
Info 2017-19 : Je vais accéder à la propriété d’un logement ancien en mauvais état. J’envisage d’y réaliser énormément de travaux. Pourrais-je bénéficier d’un taux de TVA réduit pour ces travaux ?
Info 2017-20  : Je suis propriétaire occupant. J’ai souscrit un prêt à taux zéro pour l’acquisition de mon logement en 2014. J’aimerais le mettre en location à présent : est-ce possible ?
Info 2017-21 : Quelle est l’évolution des loyers des logements du secteur libre indexés sur l’indice de référence des loyers du 1er trimestre 2017 ?
Info 2017-22 : Je suis futur propriétaire. Je vais signer une offre de crédit courant mars 2017 et souscrire l’assurance emprunteur auprès de ma banque. Pourrais-je résilier cette assurance emprunteur au profit d’une autre par la suite ?

ADIL conditions de délivrance de l’agrément jusqu’au 31 décembre 2017.

Le décret du 4 mai 2017 précise les conditions de délivrance de l’agrément jusqu’au 31 décembre 2017.

Les communes visées sont celles classées en zone C et membre d’un EPCI connaissant sur une même période « une croissance constatée à la fois de leur population et de leur nombre d’emplois au lieu de travail plus importante que celle constatée pour le quartile des établissements publics de coopération intercommunale les plus dynamiques au niveau national ».

La commune, ou si elle appartient à un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) doté d’un programme local de l’habitat (PLH), l’EPCI, souhaitant être éligible, doit déposer une demande au préfet de Région.

Dans les cas où la demande d’agrément est présentée par un EPCI, celui-ci doit préciser la commune ou les communes membres de l’établissement public souhaitant obtenir l’agrément. De plus, la demande portant sur plusieurs communes donne lieu à une décision distincte pour chacune d’entre elles.

Le dossier de demande d’agrément comprend (décret du 4.5.17 : art. 2) :

  • la délibération du conseil municipal ou de l’organe délibérant de l’EPCI autorisant le maire ou le président de l’établissement public à présenter la demande ;
  • la désignation de chaque commune sur laquelle porte la demande ;
  • le PLH pour les communes sur le territoire desquelles ce document existe ;
  • l’avis du conseil municipal des communes concernées par la demande, lorsque celle-ci est déposée par un EPCI ;
  • toutes justifications chiffrées et tous autres éléments utiles de nature à établir l’importance des besoins en logements locatifs, la consistance du parc locatif et des catégories de logements recherchés dans la commune ou les communes faisant l’objet de la demande ;

Ces éléments doivent prouver l’ensemble des faits suivants :

  • une croissance constatée de la population intercommunale caractérisant l’appartenance au quartile des croissances intercommunales les plus dynamiques au niveau national ;
  • une croissance constatée du nombre d’emplois intercommunaux au lieu de travail caractérisant l’appartenance au quartile des croissances intercommunales les plus dynamiques au niveau national ;
  • une population communale supérieure à 5 000 habitants.

L’existence de « besoins particuliers » se fonde sur les indicateurs suivants : l’évolution de la population, le nombre de mises en chantier annuelles, le nombre de demandes de logements sociaux par rapport au nombre d’emménagements annuels, hors mutations internes, dans le parc locatif social, le niveau des prix des logements neufs et anciens, le niveau des loyers des logements du parc locatif privé, notamment en comparaison de ceux appliqués aux logements locatifs sociaux ainsi que l’évolution du nombre d’emploi au lieu de travail.

Le préfet de région soumet pour avis conforme la demande d’agrément au comité régional de l’habitat et de l’hébergement (CRHH). Cet avis est rendu dans un délai de deux mois dès sa saisine par le préfet, et réputé défavorable au-delà de ce délai. Le préfet se prononce dans les quinze jours suivant l’avis du CRHH ou suivant le terme du délai de deux mois à compter de la réception de la saisine par le CRHH.

Concernant le plafond de loyer devant être respecté pour les logements situés en zone C, il est similaire à celui de la zone B2. En 2017, le plafond de loyer mensuel, par mètre carré, charges non comprises, est fixé à 8,75 euros (CGI, ann. III : art. 2 terdecies D, I).

Les plafonds annuels de ressources des locataires, en zone C, sont équivalents à ceux de la zone B2 (CGI, ann. III : art. 2 terdecies D, II).

Ce décret s’appliquera dès le 6 Mai 2017